Le Cap de Bonne Espérance

l
31/05/2014 - Pays : Afrique du Sud - Imprimer ce message Syndication :
31 mai 2014
Simon's Town, Afrique du Sud
Simon's Town Boutique Backbackers (45 $)


Nous vous racontons aujourd'hui une journée qui est partie de pas grand'chose et qui s'est terminée par l'une des plus belles journées de notre voyage. Les prévisions météo ne sont pas yâbe pour les quelques jours qu'il nous reste en Afrique du Sud, autour de Cape Town. Maudite automne. Nous quittons la région des vignobles dans la grisaille. On veut explorer la péninsule au sud du Cap avant d'entrer pour de bon dans la très grande ville. Il y a une petite colonie de pingouins africains tout près. On va voir ça. Ils sont en période d'élevage des petits en ce moment. On les voit dans la falaise avec leur progéniture. Ça sent le pingouin qui se néglige. Le seul moment de les voir sur la plage est le matin. C'est le moment où ils vont en mer pour attraper du poisson et le ramener à fiston à moitié digéré.  On se dirige ensuite vers le légendaire Cap de Bonne Espérance, connu de tous les navigateurs. On a tous appris son importance à la p'tite école, même si on ne se rappelle plus de rien (ça va nous arriver de plus en plus). Le navigateur portuguais Bartolomeu Dias, boudé par l'histoire des Grandes découvertes, cherchait la route des Indes. Il fut le premier Européen à contourner ce cap - ce roc, cette péninsule - qu'il nomma Cap de Bonne Espérance en 1488. Un grand optimiste ce Barty.  Il a flairé qu'en passant le Cap, c'était une autoroute presque directe jusqu'à destination. De nombreux bateaux ont toutefois cassé leur pipe en le contournant. Z'ont pris le virage trop serré. Il y a du métal et du bois ruinés partout dans les environs.

Ça fait quelques jours qu'il y a du gros temps dans les environs. Mais aujourd'hui, il fait assez beau. On arrive à la guérite du parc national. Dix dollars par personne pour entrer. Hein ? Dix dollars par personne ? Avec le temps, on est devenu gratteux. On se questionne à savoir si à ce prix-là, on y va. Après hésitation, on décide que oui. La meilleure décision du mois sans contredit. Nous sommes en fin de PM et la luminosité est exceptionnelle. Le terrain que nous traversons est plat, la végétation basse. Le ciel se dégage et la route est belle. Une bande de babouins ralentit notre progression en se couchant dans le milieu de la route, pas pressés de se tasser. On finit par arriver au Cap de Bonne Espérance. Un téléphérique nous emmène au vieux phare. Ils l'ont construit trop haut - plus de 200 mètres au-dessus de la mer. Trop souvent dans les nuages ou dans la brume. Les bateaux ne le voyaient pas par mauvais temps. Erreur d'ingénieurs. Ils en ont construit un autre plus bas, tout au bout de Danger Point, au bout du Cap. Celui-là fait la job. Le panorama est exceptionnel. Après quelques jours de mauvais temps, la vagues sont monstrueuses. Elles frappent les rochers avec une force qui fait peur. Le grondement des flots qui s'abîmant sur le roc est assourdissant. On ne se lasse pas de regarder. On décide de grimper au sommet du cap, pour le kick. J'ai la chienne rendu en haut. Les oiseaux volent plus bas que nous. La falaise ne laisse aucune chance si on perd pied. Mais estie que c'est grandiose. Et nous sommes dans un lieu empreint d'histoire, en prime. Le bonheur. Assis sur le haut du Cap de Bonne Espérance, Renée et moi avons des moments d'émotion particuliers. Nous savons que notre grand voyage tire à sa fin et que ce moment est l'un des derniers highlights. Redescendus, on s'assoit longtemps à regarder les vagues péter sur les rochers. Sans dire un mot, on ne veut plus s'en aller.

* Les phares sont tous plus ou moins puissants. en terme de lumière émise. Dans le passé, ce sont de grosses bougies, des chandelles qui étaient allumées comme source lumineuse. L'unité de mesure de la luminosité des phares n'est pas le lumen comme pour les ampoules électriques, mais bien le candela - qui veut dire chandelle en espagnol, je crois. L'unité de mesure subsiste encore encore aujourd'hui. C'était l'information inutile du billet de ce jour.
Note: 0/5 - 0 vote(s).
Imprimer ce message

Syndication :
Par Nicole R
le 02/06/2014 à 00:18:26
Et on pleure avec vous ....
Par claude tessier
le 02/06/2014 à 00:29:28
Procavia capensis: ou Daman du cap. En réalité c\'est une marmotte ou un gros cochon d\'inde....Pas de gloire c\'est Nicole qui l\'a trouvé. C\'est sa force la documentation...
Par Rejanov
le 02/06/2014 à 01:26:56
Beaux moments en osmose avec l\' environnement. Ca arrive pas assez souvent, pourtant la nature est toujours présente...

Merci de partager, je suis prêt à contribuer pour le dix piasses
Par Nicole R
le 02/06/2014 à 02:15:58
J\'ai hâte de voir la faune d\'Amsterdam ;)
Par Eric De Almeida
le 02/06/2014 à 13:04:55
Wow! Lâché pas et bonne fin de voyage !!!
(continuer a nous faire rêver pour le peut temps qu\'il vous reste)
Par Mimi
le 02/06/2014 à 13:44:08
Nous avons hâte de vous voir mais nous allons nous ennuyer de vos magnifiques récits . Merci de nous avoir fait partager de si belle façon ce tour du monde . Vous nous avez émus , fait rire et informés . Nous avons découvert deux grands talents en vous Jean-Pierre et Renée .

Bon voyage à Amsterdam et bon retour à St-Bruno .L\'été est là pour votre retour .
Par guill
le 05/06/2014 à 16:28:02
ça va faire les sentiments et les émotions, à st-bruno y`a la pelouse, l`épicerie, la vaisselle, le ménage qui vous attendent. Pas de pleurnicharges et on profite de chaque seconde qui reste.Impossible d`être morose après un tel voyage. MERCI pour ces 6 derniers mois. xxx

Laisser un commentaire

Renée & Jean-Pierre

Note: 4,3/5 - 37 vote(s).

Dans ce carnet

Connection

Newsletter / Suivi

Powered by
Kikooboo.com
(Carnet de voyage / blog gratuit et Assistant de voyage)