El Nido : Kaboum !

l
06/04/2014 - Pays : Philippines - Imprimer ce message Syndication :

5 avril 2014 El Nido, île de Palawan, Philippines                                                                                                                                                                                               Casa Avelina (20 $, petit-déj. inclus)

Tirez-vous une chaise, nous allons vous raconter l'un des épisodes les plus palpitants jusqu'à maintenant. Dommage que nous n'ayons pas de photos sous-marines à vous montrer, mais c'est comme ça. L'une des motivations d'aller aux Philippines étaient la possibilité de faire du snorkeling hors pair. Les eaux sont très cristallines ici et le corail bien vivant. Les alentours d'El Nido, au nord de Palawan sont réputés A+ pour cette activités. La ville est toute petite. C'est très touristique, bruyant et commercial. L'intérêt est de sortir de cette ville en bangka - petit bateau philippin - pour aller explorer les récifs de l'archipel des Bacuit, îles volcaniques rongées par l'érosion. D'abord, il faut se loger. Le centre de la ville a peu d'attrait pour nous et les prix sont boostés. Un couple d'Allemands rencontrés plus tôt nous refilent une bonne adresse dans un village de pêcheurs voisin d'El Nido, le village de Corong Corong. Petit bungalow pas cher donnant directement sur la plage et tenu par une petite famille sympathique. On voit la vie du village se dérouler devant nos yeux à tous les jours : bateaux qui partent à la pêche, bateaux qui reviennent de la pêche et amènent leur cargaison à terre, opération séchage du poisson, les enfants qui jouent sur la plage, les grands frères qui écoeurent les p'tites soeurs. les grandes soeurs qui s'occupent des p'tits frères. Bref, c'est un feu roulant sympathique. Et le soleil couchant directement en face tous les soirs. Donc, nous achetons deux circuits différents de island hoping pour deux jours d'affilée. Le principe : on nous emmène près de cinq ou six îles où il y a des récifs durant la journée. On jette l'ancre et on explore les alentours durant 30 à 45 minutes à chaque fois. On rembarque et allons vers le prochain site, avec un arrêt lunch sur l'heure du midi (poisson sur BBQ). Ce que nous avions vu à Port Barton était très bien, ici on monte d'une coche ou deux. La couleur et la quantité de poissons sont indescriptibles. On a vu des calmars - très colorés sous l'eau - des poissons couteaux qui nagent à la verticale pour se camoufler entre les branches, poissons clowns de toutes les sortes (pas juste des Némo), des étoiles de mer pourpres qui mangent le corail malheureusement. Les couleurs fluorescentes et pétantes sont très nombreuses. Les plus beaux ? Les poissons perroquets qui vont du bleu au rouge au pourpre en passant par le vert. Mais ils ne sont pas seuls dans le top cinq. On traverse des bancs entiers de petits poissons en déroute en se déplaçant. La visibilité est de 40 à 50 pieds quand le soleil sort. Corail de toutes les couleurs et de toutes les formes, du dur, du mou, des éponges. Le plus impressionnant est lorsque nous explorons un «tombant». C'est l'endroit où le récif et les hauts fonds se terminent et que ça plonge en profondeur. L'eau est en dégradé du bleu pâle, au turquoise, au bleu royal jusqu'au bleu marin. On surveille là pour voir si de grosses bêtes ne viendraient pas des profondeurs : requins, tortues, dauphins, etc. Il faut regarder tout le tour de la tête tout le temps. C'est un thrill. C'est là que nous avons vu deux barracudas et une énorme carangue à grosse tête. L'ambiance est différente du récif parce que les eaux sont ouvertes. C'est un autre monde et une autre game pour les poissons. Pas d'endroit où se cacher. On en a eu deux jours de suite comme ça. L'eau est chaude, donc pas de problème à rester longtemps. Gare aux coups de soleil dans le dos et aux cuisses toutefois. À deux endroits, nous étions pris par une envie soudaine de se gratter. On nous a expliqué que nous avions probablement traversé un nuage de plancton produit par des méduses, de la semence donc. Renée en a eu pour son argent sous son maillot. On a du par après faire vérifier à l'hôpital les rougeurs de bédaine. Attente de seulement dix minutes à l'urgence, un médecin nous reçoit immédiatement pour une consultation à 25 $, une vingtaine de dollars de crèmes et pilules plus tard puis ... on the road again... Vive la médecine à deux vitesses ! J'oublais de vous dire que la deuxième journée, on s'est fait un peu brasser en se déplaçant en bateau entre deux sites. Une vague a balayée le pont et a emportée une de mes gougounes pour toujours dans le grand bleu. Non mais heille, c'est-tu d'l'aventure ça ?

Note: 5/5 - 1 vote(s).
Imprimer ce message

Syndication :
Par Rejanov
le 07/04/2014 à 14:05:21
JP l\' expert de la chaussure orpheline...un running shoe se trouve bien seul sous les flots du Baude depuis longtemps...
Par Renée et Jean-Pierre
le 08/04/2014 à 02:26:30
Elle est bien bonne !!!!!
Par Line (de sa campagne)
le 07/04/2014 à 15:52:58
Nous aussi on une médecine à deux vitesses; slow et très slow!!!! Pour le même prix et en prime, moi, j\'ai une collègue de travail qui va à ses deux vitesses. Renée arrête de jouer à bédaine rouge!!!! XXX
Par Renée et Jean-Pierre
le 09/04/2014 à 09:46:51
Si au moins j avais un certain contrôle sur les millions de boutons de bedaine . La seule solution au problème , antibiotiques , benadryl , crème de boutons et un nouveau chandail Rashgard . Si ça , ça ne fonctionne pas , je ne sais pas ce que je vais faire .......
Par Claude Moranville
le 07/04/2014 à 16:28:53
Avec Corong Corong, on se rapproche du paradis terrestre ? ou le paradis de la mer ?
Par Renée et Jean-Pierre
le 08/04/2014 à 02:22:53
Salut Claude, oui on se rapproche du paradis. Je te fais signe lorsque je le localise.
JP
Par guill
le 07/04/2014 à 16:48:23
On va avoir de la misère a te faire faire du tuba au lac Morman brrr...Pour ta gougoune retournes sur la plage où tu trouvais plein de chose ,elle y est peut-être. Fait attention à Médusa Beaudoin si après la bedaine rouge ses cheveux se changent en serpents pousses-toi Jappy BISOU.
Par Michel April
le 07/04/2014 à 18:27:21
Wow! Superbe description! Continuez à nous en donner pour notre argent. Parlant d\'argent, Jean-Pierre, tu es supposé d\'avoir reçu un beau chèque d\'Hydro... Un bonus pour ton bon travail!
Par Renée et Jean-Pierre
le 08/04/2014 à 02:25:08
Je compte bien la-dessus !
JP
Par Gabrielle Dessureault (La fille de l\'autre!)
le 07/04/2014 à 18:35:58
Même sans images, vous réussissez à nous faire voir toutes les couleurs! Magnifique!
Par Mimi
le 08/04/2014 à 14:01:08
Magnifiques photos ! Pays de rêve ! Vous étés rayonnants , c\'est beau à voir . Restez là aussi longtemps que vous pouvez . .... Ici on ne voit pas de turquoise tout et gris et rouge ........il pleut à boire debout et on a un gouvernement libéral majoritaire ......
Par Renée et Jean-Pierre
le 09/04/2014 à 05:18:11
Ouien , ça donne pas le goût de revenir tout ça . Nous allons donc en profiter deux fois plus .
Par Pierre
le 09/04/2014 à 04:34:19
Vous avez des photos merveilleuses à faire rêver ! Que ça semble beau là bas ! Je ne sais pas comment vous allez faire pour revenir de ce paradis sur terre !
Par Renée & Jean-Pierre
le 09/04/2014 à 05:03:33
Ce qui nous encourage pour le retour, c\'est qu\'on va revenir dans un Québec rouge tout renouvelé. Hi, hi, hi...
Par Anonyme
le 09/04/2014 à 06:30:10
C\'était l\'histoire de deux barracudas qui avaient extrêmement faim. Soudainement, ils aperçurent deux proies faciles dans les récifs, deux touristes de surcroît! Alors qu\'ils allaient passer à l\'attaque, ils remarquèrent l\'imposant «shag» de Jean-Pierre. Craintifs d\'avoir des poils coincés entre les dents pour la prochaine décennie durant, ils abandonnèrent. Le lendemain, un couple de vietnamiens du nom de Jean-Phong et de Yen-Renée furent portés disparus dans le même récif de corail.


La leçon de l\'histoire: les hommes ne devraient pas se raser le chest

...

Content de savoir que vous vous amusez!
Par Renée & Jean-Pierre
le 09/04/2014 à 09:53:33
Cher Anonymus,
Merci pour cette histoire qui finit bien et qui est empreinte de sagesse. Elle aurait bien pu se terminer par quelque chose comme : les deux barracudas goûtèrent du bout des lèvres au touriste shaggy et moururent empoisonnés dans d\'atroces souffrances. Sans se raser, on peut-y tailler un brin ?
J-P

Laisser un commentaire

Renée & Jean-Pierre

Note: 4,3/5 - 37 vote(s).

Dans ce carnet

Connection

Newsletter / Suivi

Powered by
Kikooboo.com
(Carnet de voyage / blog gratuit et Assistant de voyage)