Cape Town et la fin de l\\\'Afrique du Sud

l
03/06/2014 - Pays : Afrique du Sud - Imprimer ce message Syndication :
2 juin 2014
Cape Town, Afrique du Sud
Ashanti Lodge (50 $)


Dernière étape en Afrique du Sud et non la moindre : la ville de Cape Town. À peu près tout le monde qui est déjà venu ici en dit du bien. Nous en sommes. À notre arrivée, les prévisions météo ne sont pas terribles pour les prochains jours. On se demande même si on va pouvoir voir la fameuse montagne de la Table qui fait de Cape Town l'une des plus belles grande ville du monde. Mais le vent a tourne et on s'en tire plutôt bien, même si c'est frisquet et venteux. Première fois que l'on fait ça de notre vie, on prend un tour guidé de la ville en bus double-decker. On met tout notre linge chaud et on s'asseoit à l'étage supérieur pour ne rien manquer. À notre grande surprise, nous avons beaucoup beaucoup apprécié. On en a appris beaucoup sur les différents quartier de la ville, des plus pauvres jusqu'au plus brutalement riche. On a aussi repéré des endroits où nous retournons le lendemain pour nous attarder plus longtemps. Le Musée du District 6 en est un. Il raconte comment des familles de travailleurs noirs ont été forcés en 1966 de quitter leurs maisons pour aller se ré-établir dans un township beaucoup plus loin. Le quartier est à quinze minutes à pied du port, des zones industrielles, des écoles, hôpitaux et du centre-ville. Mais les responsables de la ville (blancs) ont décrétés que cette zone était désormais pour les Blancs et leurs commerces. Le pic du démolisseur se fait aller rapidement. Allez-vous en ailleurs et venez travailler en bus si c'est trop loin. Un choc socio-économique énorme et une injustice inhumaine. Le pire c'est que les autorités municipales n'ont pas pu aller de l'avant avec leurs projets, devant les grèves et les protestations. La majorité des terrains sont toujours en friche en ce moment.

Deuxième musée de la journée : le Musée de l'histoire de l'esclavage. Un autre coup très dur pour les Noirs qui ne l'ont vraiment pas eu facile de la part des colonisateurs, hollandais en particulier. Injustice aussi pour les esclaves arrachés de force d'Afrique, d'Indonésie, de l'Inde et d'autres pays orientaux où les Hollandais faisaient du commerce et prélevaient des ressources. Un petit retour dans l'histoire. Comme beaucoup d'autres pays européens, les Hollandais sont dans la course pour les route des Indes orientales (East Indies) dans les années 1700. Une compagnie puissante est formée la Dutch East Indies Company. Mais la route est longue entre les deux régions. Les Hollandais décident de développer une colonie à mi-chemin entre les deux contrées, au Cap de Bonne Espérance en Afrique du Sud. Un bon endroit pour ravitailler les navires en nourriture, en eau, réparer les bateaux pour leur permettre de poursuivre, renouveler les matelots, etc. Le Cap n'était qu'une toute petite bourgade à l'époque. Pas beaucoup de main d'oeuvre spécialisée sur place et les colons européens trop peu nombreux. Il manquait de bras pour la tâche à accomplir Solution : on force des gens à travailler gratuitement pour nous sous la contrainte. Tous les prétextes sont bons pour les Hollandais pour forcer quelqu'un à travailler pour autrui pour le reste de sa vie : incapacité de payer une dette, un petit larcin ou crime, kidnapping, etc. L'arbitraire le plus total, pas d'appel et une peine à vie très sévère compte tenu de la gravité des fautes. Et lorsque les Hollandais vont faire du commerce en Malaisie, en Indonésie, en Birmanie etc., ils enlèvent et ramènent hommes, femmes et enfants vers le Cap. Il y avait même une bataille entre Britanniques (pour l'Amérique) et Hollandais (pour l'Afrique du Sud) à se voler et à détourner des bateaux déjà remplis d'esclaves en transit. Les conditions de transport étaient terribles. Imaginez que vous êtes entassés dans le fond d'une cale sans fenêtres, fers aux pieds, la mer est démontée, pas d'hygiène, ça vomit et ça meurt autour de vous durant plusieurs semaines. Il y avait entre 20 et 30 % de décès durant les transits. Au Cap, la Compagnie avaient de vastes jardins pour faire pousser fruits et légumes pour le ravitaillement. Ce sont des esclaves de partout dans le monde qui y travaillaient. Les enfants d'esclaves devenaient esclaves eux aussi. Le soir, ils dormaient tous dans le Slave Lodge voisin des jardins. C'est dans ce bâtiment que se trouve le Musée aujourd'hui. Des particuliers pouvaient aussi s'acheter des esclaves. C'était un bien comme un autre à l'époque.

Troisième musée de la journée, celui du quartier de Bo Kaap. Encore une histoire semblable mais qui a foirrée. Un autre quartier de travailleurs immigrés, esclaves affranchis et autres qu'on a voulu déloger de force pour que des Blancs s'accaparent des terrains à proximité du centre de la ville. Les autorités de la ville disaient qu'elles voulaient donner aux gens pauvres de meilleures conditions de logement ailleurs. Bullshit ! L'affaire n'a fonctionné qu'à moitié. Les Noirs ont du partir mais les travailleurs d'origine asiatiques ont pu rester. Une condition toutefois : ils devront porter des vêtements de couleur terne pour qu'on les reconnaissent facilement. OK. La population a réagit en peinturant leurs maisons de couleurs très très vives : mauve, rose, vert lime. Encore aujourd'hui cette tradition persiste.

C'est notre dernière journée en Afrique. On s'est payé un bon souper au resto hier en écoutant un match de finale de cricket. Une sortie rarissime dans les dernières semaines. Une petite quarantaine de sept jours aux Pays-Bas et nous revoici à la maison. On a la larme à l'oeil facile ces derniers jours. Nous sommes bien conscients du grand privilège que nous venons de vivre. Mais nous avons aussi très très hâte de tous vous revoir, à commencer par nos très chers enfants Mariane et Julien, à qui nous pensons à tous les jours depuis cinq mois (on chat et skype aussi). Le blogue n'est pas fini, il continuera jusqu'à Montréal.
Note: 0/5 - 0 vote(s).
Imprimer ce message

Syndication :
Par Michel April
le 04/06/2014 à 00:16:10
Quel bon cours d\'Histoire! À bientôt!
Par carole aumais
le 04/06/2014 à 03:14:20
Merci pour toutes ces informations. c\'est très intéressant.
à bientôt...
Par Rejanov
le 04/06/2014 à 03:40:52
fin de voyage très concept...retourner en Hollande dénoncer ces anciens esclavagistes !
Par michelle t
le 04/06/2014 à 04:39:44
Quand les hommes vivront d\'amour... Il y a encore du travail à faire pour atteindre l\'harmonie.

Mais Eugénie Bouchard atteint la finale de Roland Garros.

La fin de votre voyage c\'est comme terminer un bon livre qu\'on ne veut pas finir. Mais on a hâte de vous revoir.

Bien du plaisir en Europe. XXX
Par Line (de sa campagne)
le 05/06/2014 à 03:28:20
Géniale cette façon de protester en peignant les maisons aux couleurs vives.
Belle grosse tranche de vie.
Renée va recommencer à avoir le vertige,mais pour une autre raison cette fois.
Enjoy les amis...xxx

Laisser un commentaire

Renée & Jean-Pierre

Note: 4,3/5 - 37 vote(s).

Dans ce carnet

Connection

Newsletter / Suivi

Powered by
Kikooboo.com
(Carnet de voyage / blog gratuit et Assistant de voyage)